Quelle année la guerre du Golfe ?

Quelle année la guerre du Golfe ?

Cet article a été publié dans la Revue de la défense nationale d’octobre 2021.

Lisez l’article sur Cairn

A lire aussi : Qui est le guide suprême en Iran ?

Pour expliquer l’évolution de la position française au Moyen-Orient au tournant des années 1990, il est nécessaire de résumer le panorama géopolitique qui prévalait à la veille de la guerre de libération du Koweït. Cette deuxième guerre du Golfe — la première à opposer l’Irak à l’Iran de 1980 à 1988 — entraînera une baisse de l’influence française en Irak et au Liban, mais ouvrira de nouvelles opportunités pour la France dans d’autres pays. À l’été 1990, le Moyen-Orient a été disputé entre les Américains, les Soviétiques, les Irakiens et les Iraniens. Les Israéliens, qui sont très isolés sur le plan international, sont confrontés à la première Intifada et doivent rassembler les éléments d’une relation très dégradée avec Washington. Les Égyptiens et les Syriens sont marginalisés, pensent les Européens et les Chinois consolident tacitement les gains de position qu’ils ont acquis pendant la guerre entre l’Iran et l’Iraq.

Un Moyen-Orient fragmenté et traumatisé par la guerre Iran-Irak Le Moyen-Orient est ensuite affecté par les conséquences de la guerre Iran-Irak, qui a entraîné toute la région et influencé l’éthique des peuples et des dirigeants. Saddam Hussein triomphe tout en comprenant que sa victoire sur l’Iran deux ans plus tôt est bel et bien une victoire à la Pyrrhus, car il a considérablement affaibli son pays et affaibli son régime. Il fait face à un dilemme qui émerge très clairement dans les bandes audio que les Américains saisiront en 2003 : s’il démobilise son armée gonflée, cela conduira à un chômage massif qui affaiblira un peu plus son économie ruinée et endettée ; tous ces gens inactifs, endurcis par de longues années de guerre, pour que ça puisse être retourné contre lui. Saddam, qui n’avait jamais fait partie de l’armée – même s’il se montrait en uniforme – se méfiait toujours de l’armée, raison pour laquelle il a créé sa Garde prétorienne. Mais s’il garde son armée de 850 000 hommes sous le drapeau, il doit l’occuper et la payer. Il est un passionné d’histoire et sait que les troupes qui s’ennuient et courent après leur salaire sont les premières à renverser leur chef. Son cousin germain et ministre de la Défense Adnan Khairallah n’était plus là pour le conseiller.

A lire aussi : Quel est le salaire moyen en Algérie ?

Puisque l’émir du Koweït a mauvais goût de refuser de rembourser les dettes irakiennes contractées pendant la guerre Iran-Irak, et qu’il a également juré contre les intérêts de Bagdad dans le camp saoudien au sein de l’OPEP, Saddam décide de tenter le raid du siècle : le Koweït dans un tour audacieux pour conquérir la main et ses réserves d’or et de pétrodollars. Il est convaincu que les monarchies de The Paralyzed Gulf ne bougera pas et les Américains et les Soviétiques le permettront, Washington et Moscou, à son avis, coincés dans l’administration compliquée de la fin de la guerre froide. Bien que les relations avec Paris se soient considérablement développées depuis la fin de la guerre Iran-Irak, les rais irakiens sont convaincus de pouvoir compter sur le soutien diplomatique et militaire de la France. Une partie de la classe politique française ne la soutient-elle pas ouvertement, à gauche comme à droite ? L’Irak n’est-il pas un eldorado pour les industriels français, notamment ceux de l’industrie de l’armement qui ont vendu 22 milliards de dollars d’équipements (à l’époque) entre 1975 et 1988, et compte tenu du prosélytisme de la République des mollahs ?

La perte d’influence de la France en Irak et au Liban La France sera alors représentée par les États-Unis et le Les pays du Moyen-Orient soutiennent fermement l’Irak et l’URSS, ce qui le place dans une situation très sensible, d’autant plus qu’il n’a vraiment d’influence que dans deux autres pays de la région : le Liban en pleine guerre civile et l’Égypte sous le président Moubarak. En effet, en 1986, le président François Mitterrand a commencé à tourner le dos à Saddam Hussein et a commencé à rééquilibrer sa position régionale, ne serait-ce que pour négocier avec l’Iran la libération des otages retenus au Liban et pour résoudre le différend Eurodif, empoisonné depuis Téhéran en 1979.

La décision de François Mitterrand de rejoindre le camp américain n’est pas une surprise, surtout dans un contexte encore marqué par la fin de la guerre froide. En outre, il ne fait aucun doute que l’une des raisons qui poussent le président George Bush et son Entourage pour intervenir massivement dans le Golfe, c’est réaliser une gigantesque démonstration de pouvoir pour convaincre les dirigeants soviétiques de ne pas se laisser tenter par un scénario de fuite en avant, même si l’URSS se désintègre sous leurs yeux.

L’opération Desert Storm dévoile le concept AirLand Battle sur les sables de la péninsule arabique, qui a été présenté pour le front d’Europe centrale. La manifestation est féroce et l’armée irakienne, littéralement écrasée sous les bombes et les obus, se retire. En tant que stratège, George Bush n’est pas aveuglé par l’orgueil et décide de ne pas aller plus loin à Bagdad, estimant qu’un régime irakien très affaibli, mais jouant toujours son rôle de bouclier contre l’Iran, était plus utile qu’un régime qui avait été écrasé, au risque de garder le champ ouvert, laissons la République islamique d’ L’Iran et la possibilité Les djihadistes reviennent d’Iran. Afghanistan.

Pour la France, la victoire écrasante de la coalition dirigée par les États-Unis équivaut à une perte totale d’influence en Irak, aujourd’hui soumis à l’ostracisme de la nation ; elle a aussi des répercussions pour le Liban car le dirigeant syrien Hafez al-Assad a intelligemment négocié avec Washington, son Rejoindre la coalition en échange de une mainmise totale sur le Liban. Le gouvernement français est même contraint d’emmener en exil le général Michel Aoun, qui combat jusqu’au bout l’armée syrienne dans son sanctuaire chrétien. De nombreux Libanais fuiront le pays du cèdre avec lui et accuseront la France de les avoir trahis.

Des liens plus étroits avec le Qatar et les Émirats arabes unis Une fois la poussière des combats retombée, c’est l’heure des affaires ! La France est déterminée à créer pour obtenir un retour sur investissement afin de compenser la perte de l’Iraq et du Liban. Les règles du jeu fixées par les Saoudiens et les Koweïtiens sont simples : obtenir des contrats correspondant à leur participation active à la défense du Royaume des deux saintes mosquées et à la libération du Koweït. Les responsables des achats de fermes de golf doivent résoudre de véritables énigmes pour identifier les contrats qui correspondent à cette règle sans se soucier de la cohérence opérationnelle ou logistique.

Comme le poids de l’histoire aide, de vieux réflexes subsistent, et les États-Unis et le Royaume-Uni considèrent l’Arabie saoudite, le Koweït et Bahreïn comme leur réserve. Cependant, Paris a continué à recevoir d’importantes commandes de Riyad dans le Marinefeld (2 pétroliers et 4 frégates de la classe « Madina » et 4 furtifs plus modernes un peu plus tard) et sur l’aérodrome (hélicoptères AS-365 Dauphin), ainsi que des rénovations un lot de chars AMX-30 déjà acheté. La France remporte un prix de consolation au Koweït avec un nouveau lot d’hélicoptères Mirage F-1 et Gazelle et Puma, tout en assurant la modernisation d’avions de fabrication française ayant survécu aux hostilités. La DGA parvient même à vendre des missiles Exocet à Bahreïn.

D’un point de vue pragmatique, la France investira massivement dans des relations bilatérales à long terme avec les deux pétromonarchies, quelque peu négligées par les Américains et les Britanniques, d’autant plus qu’elle entretient des relations étroites avec eux depuis le début des années 1970. Depuis 1992, les représentants français se sont rendus très fréquemment au Qatar et aux Émirats arabes unis (EAU) pour établir des contacts et construire des réseaux qui s’avèrent efficaces, car ils s’appuient sur de multiples contacts qui montent rapidement dans la hiérarchie locale. Pour s’assurer que leurs obligations Pour ne pas déplaire aux parties, les négociateurs français sont obligés de se dupliquer. équipes, car le Qatar et les Émirats arabes unis sont des rivaux de longue date et se détestent de tout cœur. Ce processus nécessite plus de personnel mais présente l’avantage que chacun de ces deux pays peut être visité souvent et pendant une longue période. Cela permet d’établir des relations de confiance plus rapidement et plus efficacement.

En fait, les premiers retours sont prometteurs, mais les Qatariens et les Emirats indiquent clairement à Paris qu’ils ne concluront d’importants contrats d’armement que si la France s’engage à les défendre par un accord de défense approprié, y compris l’utilisation constante de troupes françaises sur leur territoire. Paris est réticent, car si l’adversaire officiel est l’Iran, la véritable menace, du moins telle qu’elle est perçue par Doha et Abu Dhabi, pointe vers l’Arabie saoudite, avec le Qatar et le Les Émirats arabes unis ont des différends frontaliers et dynastiques. La défense de ces deux monarchies risque de devoir intervenir contre Riyad.

La France accepte et conclut pourtant deux accords de coopération militaire et de défense mutuelle avec le Qatar (1994) et les Émirats arabes unis (1995) qui ouvrent la voie à des livraisons d’armes plus importantes : près de 200 véhicules blindés et 12 Mirage 2000, et une vaste flotte de missiles pour le Qatar ; 426 chars Leclerc, 30 Mirage 2000 , 6 corvettes furtives de la classe « Baynunah » et l’ensemble de l’armement associé pour les Émirats arabes unis. Les États-Unis ont réagi très rapidement et ont également négocié des accords de défense avec le Qatar et les Émirats arabes unis. En 1996, ils ont mis en place la gigantesque base aérienne d’Al-Udeid (Qatar), qui abriterait leur centre d’opérations aériennes combinées pour le Moyen-Orient. Ce dernier sera pleinement opérationnel lors des opérations en Afghanistan en 2001.

Au début des années 2000 et suite à la montée des tensions avec l’Iran, les Émirats arabes unis appelleront la France à démontrer sa protection de manière plus tangible. Cette approche aboutira à l’ouverture par Nicolas Sarkozy de la base permanente française à Abu Dhabi (mai 2009) en parallèle avec l’acquisition de 30 Mirage 2000-9, 2 corvettes Gowind et 2 satellites d’observation militaire. Afin de ne pas surpasser, le Qatar commandera 36 Rafales à Paris (2015) pour remplacer sa flotte de Mirage 2000. Outre les contrats purement armements, le Qatar et les Émirats arabes unis investissent massivement en France dans de nombreux secteurs : tourisme, sport, industrie, luxe. Lorsque l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis imposeront un embargo total au Qatar en 2017, nombreux seront ceux qui mettront en avant la position délicate de la France et les limites de la diplomatie des chéquiers.

La France est éclipsée par la domination américaine Sur le plan géopolitique, la guerre de libération de Le Koweït aura deux conséquences majeures. Le premier est la consécration de la toute-puissance américaine. À partir de 1991, aucun État ne pourra remettre en question la domination totale des États-Unis sur l’ensemble du Moyen-Orient, pas même l’Iran très affaibli ou même l’Irak d’un Saddam Hussein vengeur. La Russie, qui s’est complètement effondrée, est définitivement hors jeu. L’Irak marginalisé est en mode survie. Washington s’en sert pour développer une stratégie de double confinement contre l’Irak et l’Iran. Au contraire, la France s’est engagée dans une stratégie d’équilibre et de dialogue avec toutes les parties prenantes de la région, qu’elle maintient à ce jour. Outre les Émirats arabes unis et le Qatar, il se rapproche du Koweït et d’Oman, ce qui lui permet de normaliser progressivement ses relations avec l’Iran. Les voyages du ministre des Affaires étrangères Roland Dumas à Téhéran en 1991 et 1992 permettent de supprimer les comptes et résoudre le litige Eurodif.

La deuxième conséquence géopolitique, à plus long terme, de ce conflit est l’invasion de l’Irak en 2003, que George W. Bush et ses conseillers néo-conservateurs voulaient « liquider le régime de Saddam Hussein et terminer le travail que son père a commencé ». Mais le fils, aveuglé par l’orgueil et l’idéologie, n’aura pas la sagesse du père. En retirant à la fois Saddam Hussein et le parti Baas de l’équation irakienne, il offrira aux Iraniens la victoire de plateau dont rêvent les mollahs depuis plus de vingt ans, laissant le champ libre aux sunnites marginalisés et radicalisés qui déstabiliseront tout le Moyen-Orient. La France, qui a refusé de se connecter aux États-Unis en 2003, en paiera le prix fort, même si sa position assurera une réputation renouvelée dans la région.

Ce « moment » Il faudra attendre un quart de siècle avant que quatre éléments principaux n’entrent en jeu en 2015 : la réintégration de l’Iran dans le concert des nations suite à la conclusion de l’accord sur le dossier nucléaire iranien (JCPOA) ; l’expansion maximale de l’EIIS, qui menace tous les équilibres régionaux, et ouvertement remet en cause les frontières du Moyen-Orient ; l’intervention militaire directe de la Russie en Syrie pour sauver le régime de Bachar al-Assad ; la décision du président Barack Obama de prendre une décision stratégique dans la zone Indo-Pacifique. La combinaison de ces quatre événements montrera les limites du contrôle américain sur le Moyen-Orient et encouragera l’Iran, la Russie, Israël, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis à pousser leurs agriculteurs et à jouer leurs cartes en toute indépendance du jeu américain. Aujourd’hui, nous pouvons en constater les effets.

Le sosie Will l’alliance La France avec le Qatar et les Émirats arabes unis s’avère être un bon calcul au final ? Sur le plan économique, certainement. Sur le plan stratégique, probablement parce que le Qatar se trouve au cœur du golfe Persique et que sa position « neutre » lui permet de parler à tous les acteurs régionaux, tandis que les EAU eux-mêmes constituent une porte d’entrée idéale vers la péninsule arabique, qui fait face à la fois au Golfe et à l’océan Indien. Sur le plan politique et géopolitique, cependant, le bilan est beaucoup plus mitigé, car le Qatar, qui génère d’énormes revenus grâce à ses réserves industrielles et gazières, soutient idéologiquement le mouvement des Frères musulmans et finance son projet politique de promotion de l’islam politique sans se tordre la paupière. Création de républiques de pays islamiques là où cela semble possible, affaiblissant ainsi les États laïques du Moyen-Orient et les pays démocratiques d’Europe. Financement des Émirats arabes unis Réseaux discrètement salafistes. En outre, ils se sont lancés dans des aventures militaires hors de leur portée et interviennent de plus en plus en Méditerranée et en Afrique du Nord, au risque de prendre des positions contraires aux intérêts français, même si leur activisme peut être perçu comme soutenant les circonstances face à un Turquie décomplexée. Enfin, aujourd’hui comme en 1990 et 2003, l’Irak redevient l’épicentre des rivalités de pouvoir au Moyen-Orient. Il n’est pas interdit de croire que la France sera à nouveau placée au pied du mur pour choisir son camp. Tu dois t’y préparer.